Line separator

RECONNAITRE
NOTRE DIVERSITÉ
DANS UNE

CULTURE COMMUNE

L'enjeu social et politique de notre démarche est la reconnaissance de la diversité au sein d'une culture commune, celle de la République française.

Le texte de la pétition
Burkini, hijab : quels combats
à Grenoble
?

Les revendications de l’Alliance citoyenne et les pressions qu’elle exerce sur la municipalité de Grenoble pour autoriser le port du burkini dans les piscines sont une attaque indirecte contre l’égalité femmes-hommes. Par ailleurs, la position du maire de Grenoble en faveur du port du hijab par les footballeuses pose question.

 

L’urgence n’est pas là !

Intéressons-nous plutôt aux questions essentielles : la conjonction entre fin du monde et fin du mois ; le refus des discriminations et l’exigence d’universalisme ; la relation entre individualisme et culture commune.

 

Un débat et un vote sont prévus en conseil municipal au printemps 2022.

S’agit-il de réfléchir sur la longueur du maillot de bain féminin ? Sur une question d’hygiène et de sécurité dans les piscines ? Sur la condition des femmes, leur liberté ou leur servitude volontaire ? Sur les valeurs communes qui nous animent ? S’agit-il aussi de se démarquer des pratiques adoptées dans les autres piscines de l’agglomération ?

 

  • Le changement du règlement des piscines conduirait à satisfaire les revendications d’un islam politique, c’est-à-dire d’une idéologie totalitaire et radicale.
     

  • De plus, autoriser le burkini ne répond à nul précepte du Coran, mais relève d’une idéologie sexiste qui soumet la femme au pouvoir de son père, de son époux, de son frère, ou du prédicateur, et qui fait du regard de l’homme un danger dont il faudrait la protéger.
     

  • En outre, s’opposer aux exigences de l’Alliance citoyenne ne relève en aucun cas d’une prétendue islamophobie. Car il ne peut y avoir confusion entre isIam et islamisme. Il s’agit de refuser un communautarisme qui fait passer des revendications identitaires avant les principes républicains.
     

  • Enfin, accorder au port du burkini et du hijab une dimension libératrice et émancipatrice serait faire preuve de naïveté et d’aveuglement. Il nous faut refuser le piège tendu qui ouvre la porte à d’autres renoncements, à des accommodements au service de l’intégrisme, et surtout à la désunion des élus républicains.

 

En signant cette tribune, nous exprimons auprès des élus de Grenoble notre refus d'être complices de ces agissements politiques, et nous demandons la suppression de ce point de l’ordre du jour du conseil municipal.

 

L’enjeu social et politique est la reconnaissance de la diversité au sein d’une culture commune, celle de la République française.

Les initiateurs de la tribune/pétition :

Édith Aberdam, Sadok Bouzaïene, Jean-Marc Cantèle, Jean Caune, Françoise Criqui, Sylvie Ferry, Michel Gauthier, Murielle Igier, Martine Jullian, Marcel Klajnberg, Nadine Picca, Henri Touati.